Afrique/Europe | Enquête sur les pratiques de transferts de fonds en temps de crise

©FIDA/Marco Salustro

La pandémie liée au COVID pourrait avoir comme conséquence une crise économique durable dans le monde, doublée d’une possible crise alimentaire en Afrique (conjonction d’invasion de criquets et de la contraction de la production et de l’approvisionnement).

Jouant traditionnellement un rôle d’amortisseur social, contracyclique, les transferts de fonds sont également menacés. La Banque Mondiale évoque une baisse possible de 23% des transferts vers l’Afrique avec une méthodologie qui repose sur beaucoup d’inconnues, et n’explique pas les causes.

Pour mieux mesurer les difficultés actuelles sur les populations émettrices, mais aussi de cerner l’impact de la crise sur leur situation, revenus et pratiques, une vaste enquête a été conduite du 1er au 17 mai 2020.

Dans un contexte où les rencontres s’avéraient difficiles, plus de 250 ressortissants de la diaspora en Europe, ont néanmoins pu être interrogés pour faire émerger des tendances en matière de comportements d’envoi notamment :

1- La manière dont certains arrivent à maintenir ou augmenter leurs transferts
2- Les explications derrière la baisse ou l’arrêt des envois pour d’autres

L’enquête a permis de distinguer les raisons financières (impact sur les revenus, l’épargne, l’emprunt, etc.) des raisons pratiques (fermetures d’agence et difficultés de recours aux solutions numérique).

Voici les principaux enseignements :

Article publié sur le site du FIDA : lien vers la synthèse

Rapport détaillé :

PDF - 1 Mo

Nous rejoindre | Crédits et mentions légales