Rapport | Inclusion financière des jeunes : penser des incitations durables et adaptées

Ce dossier, consacré au sujet des incitations et subventions favorisant l’usage des outils financiers par les jeunes, fait partie d’une série de 4 documents commandée par la groupe de travail ‘Jeunesse et Services Financiers’ de SEEP Network (Small Entreprise Education and Promotion | www.seepnetwork.org) et ayant pour but d’identifier des pratiques prometteuses en termes d’inclusion financière. Rédigé par R.M.D.A., au même titre qu’un second traitant de l‘inactivité et de l’usage des outils financiers, il présente des mesures innovantes et adresse des problèmes opérationnels à l’utilisation effective des services financiers par les populations les plus jeunes.

Selon le Fonds des Nations Unies pour la Population, les jeunes âgés de 10 à 24 ans comptent 1,8 milliard d’individus, dont 89% sont originaires des PMA (2014). En Afrique Subsaharienne, il est fréquent que les mineurs représentent plus de 50% de la population d’un pays. De plus, d’ici à 2050, la population mondiale comptera 2 milliards d’individus supplémentaires, soit une croissance démographique de 28%, nécessitant un accès aux services de santé, de l’éducation et bien entendu au marché du travail ou à l’auto-emploi. Suffisamment outillés par des connaissances et dispositifs adéquats, les jeunes pourraient rapidement devenir financièrement autonomes et capable d’accéder aux opportunités économiques de manière durable. Cependant, même si leur nombre suggère qu’il existe un vaste marché potentiel, l’inclusion financière des jeunes reste un concept relativement récent dans de nombreux pays. L’accès est limité par le manque de savoir, des règlementations nationales bloquantes, des produits financiers inadaptés ou encore la prise de conscience limitée des Services Financiers Décentralisés (SFD) des moyens à disposition pour adresser le public jeune.

Ce dossier traite des leçons à prendre en compte pour la conception de systèmes incitatifs optimaux, et les moyens et conditions grâce auxquels l’inclusion financière sera durable et génératrice de confiance pour ces nouveaux usagers. Il s’attache de prime abord aux stratégies d’attraction de nouveaux clients (à travers des récompenses et objets promotionnels ciblés par exemple) et à la manière de structurer ces stratégies pour assurer fidélité et montée en capacités des nouveaux adhérents (cela inclut l’éducation financière, la protection du client, les systèmes de partage de coûts et autres stratégies marketing à adapter à la cible jeune). Enfin, il présente comment les incitations et subventions peuvent s’inscrire en synergie avec d’autres initiatives et programmes (positionnements marchés complémentaires, cohérence avec l’agenda national, consultations transversales…).

En résumé, ce dossier répond aux questions suivantes :

  • Comment les subventions peuvent-elles être utilisées efficacement et durablement ?
  • Quels types d’approches permettent de combiner les bénéfices des diverses récompenses et services complémentaires ?
  • Comment les programmes jeunesse peuvent-ils bénéficier de mécanismes incitatifs déjà existants (dont étatiques) ?
  • Quelle est la meilleure manière d’assurer la transition des jeunes vers des services davantage commerciaux lorsque les avantages disparaissent ?
  • Comment les subventions peuvent-elles être utilisées pour familiariser les jeunes avec la finance et les intégrer davantage dans le système commercial ?

Nous rejoindre | Crédits et mentions légales